WORKS / Superimposed Readings




Superimposed Readings
Video Projector, DVD, Speakers, Half-transparent Screen, Each screen size : 13.5 x 118 inch / 34.5 x 300cm, Neon, Limestone, Lithography, Photo, 2013, Installation View at Galerie Hors-Champs, Paris


stones
Thinking Stones I,
Saccocoma pectinata (fossil) of Solnhofen, Acrylic on piece of lime stone, cube of glass, neon, mirror Mirror : 11.8 x 11.8 in / 30 x 30cm, 2013


stones
Thinking Stones II,
Ammonite of Solnhofen, Acrylic on piece of lime stone, Black wooden box painted by sumi-ink
Box : 11.8 x 11.8 in / 30 x 30cm, 2013




stones
Drawing Stones,
Dendrites and ammonite of Solnhofen, Acrylic on piece of lime stone, Dimensions variable, 2013









Texte : Adoka Niitsu Solo Show "Superimposed Readings"(2013) à la Galerie Hors-Champs, Paris


« Lectures superposées : lire la nécessité derrière la sensation, lire l’ordre derrière la nécessité, lire Dieu derrière l’ordre. » Simone Weil, « La Pesanteur et la Grâce »

La Galerie Hors-Champs est heureuse de poursuivre sa collaboration avec l’artiste japonaise Adoka Niitsu, en présentant la suite de sa recherche intitulée « Le Piaffer », autour de la projection psychique et de sa diffusion par les diverses technologies selon les époques.

L’exposition est à nouveau constituée de dessins et d’une installation, auxquels s’ajoutent des photographies. Elle est conçue de manière à ce que chaque médium se fasse référence, et qu’à travers ce dialogue se développe une réflexion sur le processus créatif.

Ainsi, les photos représentent des roches lithographiques sur lesquels sont « enregistrés » les motifs qui inspirent les dessins, des dessins réalisés avec la précision obsessionnelle du tracé automatique, sur lesquels sont projetés des vidéos, parfois abstraites, parfois nous montrant l’artiste en plein travail.

Les étapes de l’exposition retranscrivent en elles-mêmes les questionnements d’Adoka Niitsu : de quels différents niveaux se forme l’œuvre d’art ? De quelle histoire est née l’Image ? Quel est l’héritage culturel des objets ou techniques qui lui servent de support, et dans quelle mesure cet héritage est-il encore présent en eux ?

Ce thème des niveaux est en premier lieu traduit dans le passage des images, d’abord créées et comme archivées dans les strates de la roche calcaire, puis dessinées avant d’être filmées : il ne s’agit pas là d’une reproduction des mêmes motifs mais de l’expression de leur dimension originelle telle que le peut chaque médium : l’enregistrement naturel, le dessin automatique, le mouvement continu de formes et de lumières de la vidéo.

Mais cet originel, qu’il soit la nature ou l’hémisphère psychique échappant au langage, est un flux lui-même en perpétuelle mobilité. Adoka Niitsu a tenu à ce que l’on sente ce mouvement évolutif dans ses toiles, soutenu par la convulsion dionysiaque des couleurs mais aussi par la mixité des techniques : l’encre, l’acrylique et le crayon de bois. Selon la texture mise en avant ou dérobée par une autre, elle nous invite à imaginer, selon chaque couche, « l’état d’âme » de l’artiste au moment de la création.

Quant au foisonnement orgiaque des couleurs, il consiste en la volonté de transmettre directement l’évidence évocatrice des dessins, là où les planches de la précédente exposition étaient en noir et blanc, donc plus neutre émotionnellement. Cependant, les significations culturelles des couleurs, en opposition au gris des ornements naturels, ont aussi été pensées dans l’approche évolutionniste de l’artiste.

Le lien entre l’univers imaginaire d’Adoka Niitsu et les écritures minérales est accentué encore dans le papier calque sur lequel se projettent les films, puisqu’elle y applique la technique du frottage à partir de fossiles. Ces derniers prennent vie par le transpercement des vidéos et dans cette noce s’opère un jeu entre l’abstraction et le figuratif, entre l’inerte et le mouvement, ainsi qu’entre le primitif et le contemporain.

Alors que « l’image réelle », celle de l’écran, est l’empreinte abstraite des fossiles, les seules images figuratives sont celles de la vidéo, c'est-à-dire « l’image virtuelle ». La superposition tâtonnante de ces opposés mariés dans un ensemble cohérent traduit les questionnements contemporains quant à l’ambigüité de la réalité en notre « ère du Simulacre ».

Et peut être aussi, à travers la réconciliation entre évolution et conservation, une élégie à la mémoire. Une mémoire sensorielle, à ordonner par le fil d’Ariane de l’art et de la poésie.

Hannibal Volkoff - Directeur Artistique, Galerie Hors-Champs